Otage au Mali

(6 avis client)

19,00

Alain Maufinet

Nouvelles Pages

Du 1er au 3 octobre minuit, recevez votre exemplaire dédicacé par l’auteur !

Description

Être otage ? C’est avoir le mauvais rôle dans une histoire. Être otage, c’est devenir le jouet d’enjeux qui ne vous concernent pas directement. C’est vous retrouver au centre de toutes les rivalités et être relégué au rang de marchandise échangeable et périssable. Sans échappatoire possible.
Être otage, c’est une réalité où la mort s’invite sans carton. Un rien peut vous sauver et un autre rien peut vous tuer. Au Mali comme ailleurs.
La réflexion commune, quand les médias nous montrent des otages sur les écrans, c’est de se demander pourquoi ils ont été se perdre dans ces contrées hostiles. Et donc ce qu’ils avaient à y gagner. Dans le cas présent, Ronan pourrait répondre à la question. Mais, la réponse ne serait pas si simple que vous le pensez. Et vouloir survivre en enfer complique encore un peu plus les choses.

Depuis 2005, le Sahel est une zone majeure de transit des stupéfiants vers l’Europe. C’est une poudrière où des groupes rivaux qui ignorent le pouvoir central s’affrontent. Avec un réalisme frappant, Alain Maufinet nous entraîne dans une aventure hors norme. Cette nouvelle version, nettement modifiée et enrichie, des « Larmes du Désert », l’un des grands succès de l’auteur, est préfacée par le philosophe malien Fousseni Togola, pour la collection Nouvelles Pages de JDH Éditions.

6 avis pour Otage au Mali

  1. Corinne Falbet-Desmoulin

    J’ai été littéralement captivé. C’est rare un livre d’aventures écrit avec autant de sensibilité. Il est à la fois dur, décrivant les conditions de captivité du héros qui s’approchent certainement de la réalité et également plein de rêve, de descriptions poétiques. Je dirais que c’est un livre « d’aventure humaine », avec des personnes malveillantes et d’autres, bienveillantes au contraire, que le héros va croiser sur sa route. Un héros que l’auteur a su rendre attachant. J’ai aimé le rythme soutenu qui permet de ne pas s’ennuyer un seul instant. Le mystère aussi, très bien entretenu. C’est un livre qui mérite du succès. Bien plus que d’autres qui sont encensés par les médias. » L Desmoulin

  2. Candice

    La prise d’otages est une action scandaleuse. Les nouvelles et documentaires transmettent certains faits, mais lire des livres à ce sujet est aussi intéressant pour moi. Otage au Mali, un titre percutant m’a donné envie de découvrir le nouveau roman d’Alain Maufinet aux JDH éditions. La préface du philosophe malien Fousseni Togola a confirmé mon impression.

    Roman Alain Maufinet est au Liban

    Parfois certaines sollicitations sont inattendues et envoyées de manière inhabituelle. Une célébration prévue début 2010 informe Ronan par une carte d’invitation en 2007… quel événement est-il préparé depuis si longtemps ? il semblerait que les voisins bijoutiers de ce dernier organisent un mémorial très particulier.

    De profession opticien, Ronan mène une existence solitaire. En 2009, après avoir traversé une énorme crise professionnelle, financière et amoureuse, il décide de voyager et d’apercevoir de nouveaux horizons. Il pense que les portes du Sahara seront une échappatoire pour lui. Ronan part vers l’inconnu.

    Destination Mali pour découvrir des terres chaudes et retrouver un certain équilibre de vie. Malheureusement, son périple sera court. L’exploration de Ronan se terminera à son hôtel-résidence le 12 novembre 2009. C’est une journée mémorable. La quiétude vire au cauchemar par l’apparition foudroyante d’hommes lourdement armés. Une fusillade éclate et les gens sont exécutés. Ronan est pris en otage au Mali. Ce touriste inoffensif est devenu captif d’un groupe de commandos, de terroristes intraitables. La situation est assez étrange pour cet homme que le gouvernement français pourrait ignorer la disparition. L’enlèvement est soudain et la libération de l’otage incertaine. Les ravisseurs demanderont -ils une rançon pour libérer le captif ? Je soupçonne que ce prisonnier apparemment ordinaire est détenu accidentellement.

    Emprisonné dans un lieu inconnu, des questions errent dans son esprit confus. Dans le même temps, Ronan puise dans les vestiges de son vécu. Il se souvient d’émotions plus ou moins vives dans les fragments de sa vie, comme si son isolement était devenu une condamnation à mort, et que personne ne se soucierait de son existence. On voit sa frustration, sa peur. Il nous plonge dans un passé de douleur partagée aussi de bonheur apparent, et nous ramène le lendemain à un présent turbulent plein d’incertitudes. Cependant, dans cette atmosphère tendue et hostile, il y a l’espoir d’une éventuelle libération de l’otage avec le soutien d’une charmante et mystérieuse personne. Elle décide de sauver l’otage de sa captivité due à une promesse solennelle. À ce moment-là, j’ai réalisé que les otages pouvaient creuser leurs propres tombes sans que personne ne leur tende la main. Peu importe s’ils sont innocents, personne ne s’en soucierait. Les intérêts de chacun passent avant tout.
    D’une plume efficace et concise, Alain Maufinet expose en profondeur les pensées intérieures d’un otage. L’auteur dépeint la situation d’un réalisme incroyable. Le prisonnier devient un esclave pour ses ravisseurs. Il sera soumis dans le désert , à toutes sortes de manipulations ,d’humiliations et de pressions. Nous sommes témoins du combat d’un détenu au Mali, pris en otage par des guerriers, qui tueraient de sang-froid sans hésiter. Les trafiquants de drogues ne sont pas conciliants. On sent clairement la violence de leurs actes. Et les militaires semblent parfois contraints d’abandonner une personne innocente.
    Un roman réaliste et saisissant à glisser dans votre pal. Alain Maufinet déclenche de nombreuses vérités sur la prise d’otage et les conditions de détention.

  3. Sophie DUJARDIN

    Otage au Mali, d’Alain Maufinet, est un ouvrage palpitant et haletant.
    A la lecture de la quatrième de couverture, j’ai pensé avoir affaire à une sorte de traité politique…
    Erreur ! Otage au Mali est une sorte de thriller, sur fond de trafic de drogue et de corruption.
    Ronan, un jeune opticien indépendant français, marqué par quelques aventures amoureuses peu heureuses, fait faillite. Issu d’un milieu tranquille, bourgeois et confortable, il ne semble pas savoir ce qui se passe hors de ses frontières. Il décide de parcourir le monde, qu’il pense empli de bonnes intentions.
    Dès les premières pages, on entre vite dans le vif du sujet. Mais ne pensez pas que l’essentiel du récit raconte la captivité de Ronan même si, au début, les bandes mémoires de ses souvenirs défilent, entrecoupées de faits étranges, lors de sa captivité.
    Le récit évolue dans un climat qui sait allier de troublantes coïncidences, un univers mouvementé, une puissance hypnotique.
    Quelques twists successifs viennent pimenter ce riche roman dans lequel nous entraîne avec finesse Alain Maufinet, très érudit des cultures de l’Afrique de l’Ouest.
    Après avoir lu Otage au Mali, on peut se faire beaucoup de réflexions. Celle que je retiendrai, c’est que le monde n’est pas si grand qu’on peut le penser.

  4. Adonia Catala

    Otage au Mali est un roman écrit comme un récit, avec des phrases courtes, sur un temps présent qui nous met dans la peau de Ronan, un opticien doté d’une vie ordinaire jusqu’au jour où son magasin en France fait faillite et que sa vie personnelle part en miettes.
    Amoureux des déserts blancs ou dorés, de glace ou écrasés de chaleur, après être passé par l’Antarctique, le Burkina, le Sahel, il va décider de prendre un nouveau départ devenant bijoutier à Dakar au Sénégal. Lui qui ne rêvait que de la découverte des peuplades du Mali à l’occasion d’un circuit à travers le pays, le voilà pris en otage par des Barbares pour qui la vie humaine n’a aucune importance. Mais pourquoi une mystérieuse jeune femme va-t-elle lui venir en aide à plusieurs reprises, chaque fois qu’il se trouve en grand danger ?
    Ce roman est très particulier dans sa structure. Il donne presque l’impression que l’auteur lui-même s’est retrouvé otage au Mali, sous une tente où la seule évasion possible est de revivre des tranches de son passé en faisant le bilan de ses désillusions matérielles ou sentimentales, quand la menace d’une exécution plane jour après jour… Au cours de la lecture, on ne peut s’empêcher de craindre pour la vie de Ronan, de vivre ses souffrances, d’espérer et de désespérer, car de nombreux rebondissements nous entraînent dans une course effrénée entre dunes du désert et villes du Mali ou de Mauritanie, trafics de drogue et corruption à la clé.
    Je pense que c’est un roman qu’on n’oublie pas une fois la dernière page tournée, car il nous touche au coeur, tant par la véracité du récit que par l’écriture toujours très poétiques d’Alain Maufinet.
    Un livre que je conseille vivement et qui nous fait voyager hors des sentiers touristiques, c’est sûr.

  5. Dangoisse Arnaud (client confirmé)

    OTAGE AU MALI, de Alain MAUFINET

    J’avoue n’avoir pas été attiré par le titre, plutôt par la notoriété de l’auteur.
    Et je n’ai pas été déçu. Bien au contraire.
    On suit les aventures de Ronan, pris dans les filets d’une bande de trafiquants dans ce territoire africain bien connu de l’armée française.
    J’ai adoré cette écriture et la construction du récit. On assiste en même temps aux délires de l’otage dont les pensées s’envolent et jalonnent des journées où il ne se passe rien ou pas grand-chose. Alors il revient sur son passé, ses aventures amoureuses, ses moments de joies et ses drames. Il y a un aspect psychologique tout à fait intéressant dans ce roman et on remonte très loin dans les méandres du tourbillon de la vie qui a emporté ce touriste perdu.
    Ensuite il y a l’aspect actualité qui concerne plus précisément le trafic de drogue pour lequel le MALI servirait de plaque tournante. Le récit est plein de rebondissements entre les tentatives d’évasion réussies ou ratées de notre héros et la description de ceux qui lui veulent du mal. On ne s’y ennuie jamais et tout y est lié.
    Pour revenir à l’écriture, elle est belle, elle est fluide, tout y est juste et en même temps doux, charmant, violent aussi parfois. On passe par tous les états d’esprit et on reste toujours sous l’emprise de la poésie qui émane des mots de l’auteur.
    Pour résumer, c’est une belle révélation pour moi et je lirai avec plaisir les autres productions d’Alain MAUFINET.

  6. Denis Morin (client confirmé)

    Cet écrivain possède une plume qui décoiffe. Dans  »Otage au Mali », vous êtes à la fois dans le roman d’aventure et dans le roman sentimental. Un captif se remémore les femmes de sa vie et est troublé par une femme mystérieuse qui vient à sa rescousse, voire à sa rencontre. J’ai adoré.

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…