Description du produit

Printemporel

(3 avis client)

19,00

Une histoire forte, traduisant le quotidien de nombreuses personnes, écrit d’une manière totalement inattendue.

Magnitude 8.0 : lecteur averti

Disponible en e-book ici

Description

Sur une terre sèche et torturée fleurit un coquelicot.
Simple tâche colorée sur fond de désastre. Nue. Puissante. Incongrue sur ce sol infertile que les saisons elles-mêmes ont oublié. Dans ce no man’s land, sur cette bande de terre éclatée, autrefois il y avait un jardin extraordinaire. Isabelle en était l’heureuse propriétaire.
Aujourd’hui, elle est devenue pareille à ce coquelicot, elle n’est plus que survivance en terre désolée, soumise aux caprices de l’homme et du temps.

3 avis pour Printemporel

  1. Julia O.

    Un livre magnifique. Poétique et fort à la fois, ce livre dénonce l’acte du viol conjugal si peu souvent abordé.

  2. Marie-claude CATUOGNO (client confirmé)

    N’ayant pas d’attirance particulière pour lire des sujets « graves » j’ai ouvert PRINTEMPOREL avec peu d’enthousiasme… erreur! Je n’ai pu le lacher qu’à la fin avec le regret qu’il soit fini! La façon de raconter est magistrale, à couper le souffle, à relire encore pour la beauté du texte… mille merci pour ce moment privilégié.

  3. Brigitte BIANCO (client confirmé)

    Louise est une fée, une magicienne, une enchanteresse. « Printemporel » est un livre tellement doux pour un sujet aussi dur et difficile. Louise raconte la violence conjugale en prose poétique. C’est une alchimiste qui transforme la laideur en beauté. Pourtant tout est dit, les coups, le viol conjugal quotidien, le désamour… Tous les ingrédients d’une horreur innommable et indicible sont réunis mais c’est joli, atrocement joli. L’auteure nous conte une histoire terrible avec mille détails charmants, tout en nuances, délicatesse et élégance. L’on sent le rythme des saisons, les odeurs de la nature, les parfums du marché de village… Ça respire la vie, l’amitié, l’espoir. Le personnage féminin est très attachant, une femme aussi forte que fragile que l’on voudrait protéger et consoler. Les protagonistes du récit sont peu nombreux. L’on a souvent l’impression d’un huit-clos dans une maison qui est bien plus qu’un décor… Cette œuvre est un paradoxe difficile à faire rentrer dans une case. Je n’aurais pas eu le talent de Louise pour raconter la violence sans la nommer, sans heurter, sans blesser, sans appuyer là où cela fait mal. J’aurais utilisé des mots crus et j’aurais raté le coche. Louise Frottin a ce don, cette grâce et cette pureté. Cette lecture m’a finalement été salutaire malgré mes appréhensions.
    J’espère avoir un jour la chance de rencontrer l’auteure pour lui demander une dédicace. « Printemporel » est de ces livres rares et précieux que l’on souhaite conserver pour toujours dans sa bibliothèque.
    Louise, je vous connais si peu mais je vous aime déjà.

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *