Emportée par la foule. Lindsay Lietin.

Emportée par la foule. Lindsay Lietin.

Emportée par la foule.

Après une journée de boulot bien remplie, je n’ai qu’une envie c’est de le retrouver. Sa douceur, sa chaleur. Huummm. De l’enlacer. De m’étendre de tout mon long sur ses parties moelleuses. Je n’attends que son soutien pour alléger mes soucis. Quand j’arrive au travail, je me dis que j’aurais aimé rester avec lui. Quand je prends le café de la digestion du midi, je pense à lui. Quand je décompte les dernières heures de labeur, il occupe toutes mes pensées !

Je parle bien évidemment de mon lit.

Ben oui, c’est bientôt la Saint Valentin mais pas encore !

On chantera l’hymne à l’amour conjugal plus tard !

Alors une fois enfin tendrement allongée dans mon lit, notre amour est malheureusement de courte durée.

Pourquoi ?

Parce qu’on ne me laisse pas en profiter pleinement.

Qui ?

Eh bien tout le monde !

Le soir, la foule se masse dans ma tête.

Régulièrement, ce sont les collègues. Comme on passe une bonne partie de notre temps ensemble, on a plein de choses à se dire. Ils s’invitent, ils s’imposent dans mon esprit. On refait ensemble la journée. On discute, mais, en fait, personne ne s’écoute. Tout le monde parle en même temps, aborde les problèmes, on repense à ce qui a été fait dans la journée et ça me prend la tête. Je me tourne et me retourne. Je finis par les mettre dehors mais dur dur, ils sont coriaces !

Casse-pieds ces collègues, je te jure !
🎼Emportée par la foule… Et j’entends dans la musique les cris, les rires qui éclatent et rebondissent autour de moi !🎼
Une fois les collègues partis de ma boîte crânienne, je me sens obligée de vérifier mentalement les dossiers qu’on a abordés. Je repasse tout en revue. Les signatures, les rendez-vous, les chiffres, les comptes rendus… Ah bah oui ! Il ne fallait pas me parler de tout ça !

Et quand j’essaye de retrouver mon petit nuage moelleux, ce sont les enfants qui s’y mettent ! Eux, c’est tous les soirs. Et ils en ramènent du monde ! Et ça passe du coq à l’âne. Et me voilà en train de discuter avec l’instit, et puis avec le coach, et ensuite avec la nounou, et même avec le médecin. Eh oui ça n’arrête pas dans mes pensées! Ah je ne m’ennuie pas le soir! 🎼 Emportée par la foule… Étourdie, désemparée, je reste là. 🎼

Et quand Mémé ramène sa fraise, c’est pas d’la tarte. Elle arrive en plein milieu de la nuit, elle me réveille en sursaut sans scrupule, pour me rappeler de l’amener chez l’ostéo, d’aller chercher ses cachets, de sortir le chien et de lui ramener du pain.
🎼 Une folle farandole…

Entraînée par la foule…🎼
Je suis désolée mais… Le soir je n’ai pas envie que l’on m’embête. C’est vrai que je ne suis pas assez ferme… Je me laisse envahir par mes pensées. N’importe qui, n’importe quoi peut venir s’immiscer dans ma soirée, du moment qu’il possède matière à discuter, à débattre, à analyser, à angoisser.
Pourtant, je me barricade. J’essaye de ne laisser personne entrer pour me perturber. Mais rien à faire. On trouve toujours le moyen de s’infiltrer, de me balancer des sujets de discussion et moi ça y est je suis partie. 🎼Emportée par la foule… Étourdie, désemparée… Je lutte et je me débats.🎼

L’autre fois, c’était le banquier. Il m’avait enquiquinée toute la journée et cet idiot a eu la bonne idée de venir à l’improviste, en hologramme, dans la nuit. On a relu le contrat ensemble. Je me suis mise à peser le pour et le contre, à réfléchir aux conséquences. C’était fini. On a passé la nuit ensemble. Professionnellement bien sûr !
🎼Une folle farandole… Entraînée par la foule…🎼

Parfois, je ne m’en sors plus de tout ce monde. Tout le monde se bouscule, se mêle, s’entremêle, s’entrechoque à toute vitesse, à toute allure. 🎼Emportée par la foule… je cris de douleur, de fureur et de rage, et je pleurs 🎼

Avec cette foule, c’est compliqué, je ne tiens pas en place, je n’arrive pas à faire le vide. Et c’est qu’ils parlent tous fort. J’ai la tête qui explose.
🎼 Une folle farandole… Entraînée par la foule… Je suis emportée au loin🎼

Je veux dormir.

Je n’ai qu’une envie, mettre tout ça dehors. 🎼Étourdie, désemparée, je reste là. 🎼

Quand mes hôtes partent enfin, emportant avec eux leurs sujets polémiques, quand le calme arrive enfin, en s’installant dans tout mon être, du sommet du crâne jusqu’aux petits orteils, en gagnant l’ensemble de mes organes, quand je crois enfin être en tête à tête avec mon lit, c’est ce maudit réveil qui m’appelle et hurle à l’oreille qu’il est temps à présent d’aller travailler : debout là-d’dans !
Pour vous aussi, c’est la fête dans votre tête ? Vous aussi les idées affluent, les gens, les soucis, les contraintes, passent et repassent la nuit? Bonjour Insomnie !
La seule personne que j’aime rencontrer le soir c’est Morphée, mais elle met beaucoup de temps à pointer le bout de son nez !😴🛌🧸

Bonne soirée

Lindsay Lietin