La foudre au cœur, par Amy Lorens.

La foudre au cœur, par Amy Lorens.

Tel un chat avançant dans le noir
Tu as commencé à te mouvoir
Près de moi, ta silhouette légère comme un alizé
A fait virevolter ton décolleté immaculé

De ta bouche entrouverte, tu m’as souhaité le bonsoir
Je t’ai répondu sans te voir
Foudroyé par le coup porté à mon cœur hagard
Je n’ai eu de cesse de te déshabiller du regard

Tel un funambule marchant sur un fil
Je t’ai découverte de tes fils
Habillée de mes seuls bras virils
Nos deux corps en péril

Poussé par le vent de tes douces caresses
Te chevauchant sans cesse
Dans la fougue d’une étreinte
Nos deux âmes dans la complainte

Niché dans ta claire maison
Je perds soudain la raison
De cette lente et exquise mort, je renais peu à peu
Dans le doux réconfort d’un nous deux