Les bêtises d’une femme en Doc Martens par Laetitia Cavagni

Les bêtises d’une femme en Doc Martens par Laetitia Cavagni

J’ai cabossé ta caisse
Rayé sa peinture blanche
Transformée de mes caresses
Sa carrosserie en avalanche

J’ai crevé ses pneus
Je l’ai offerte avec un beau noeud
À ton réveil
Tu la retrouveras ta merveille

J’ai badigeonné tes rétros
De ma haine en écho
Dessiné sur elle
Des coeurs en diarrhées
De bonbecs
Dessiné sur ta belle
Des vomis bien étalés
De ces restes de bonbecs

Mais comme cela
Ne me suffisait pas
J’ai noyé ton chat
Sous l’eau claire de ta baignoire
Là où tu me baisais devant ce miroir

J’ai transféré des photos de ta bite
Sur tous tes sites
Mais même en gros plan
Même en zoomant
On ne voit rien
Un microbe un acarien

J’ai pissé sur ton tas de chemises
Avant de brûler ta remise
Là où tu rangeais tes outils
Ton bricolage à zizi

J’ai collé les assiettes
Parsemé ton lit de verres cassés
J’ai coloré tes écrans de télé
J’ai décoré ton tapis de paillettes

J’ai failli couper tes cartes bancaires
Mais non à moi
J’ai démonté tes altères
Qu’elles s’écroulent sur ta gueule de grand-père

Et puis pour finir
J’ai joui avant de partir
Sur les affaires de ta femme
Je me suis essuyée avec mon vague à l’âme

Voilà nous sommes quitte
Moi la putain
Ta vie est désormais en kit
Toi l’inhumain

Au fait amuses-toi
À ranger balayer nettoyer
Pense à moi
Avant qu’elle ne rentre horrifiée

Petits cadeaux d’amoureuse
Quelques pensées chatouilleuses
Je te souhaite une bonne soirée
Bises mon aimé

16.10.2019

laetitiacavagni@copyrighttousdroitsreserves2019