Une question de date.

Une question de date.

Le président s’est-il vraiment fait vacciner le 31 mai ?

La polémique enfle.

Quelques journaux titrent sur le sujet.

Mais ne vous méprenez pas, ils ne disent pas que le chef de l’état ne s’est pas fait vacciner, ils n’oseraient pas, c’est simplement que l’Élysée et les médias ne sont pas d’accord sur la date. Il y  a deux dates possibles, vérifiées par quelques journalistes consciencieux : le 31 mai et le 13 juillet. Ceci d’après des « données piratées sur le site de l’assurance maladie ». La première date, en raison des tweets présidentiels, est confirmée par l’Élysée. Notons que si les  piqûres de vitamine D des membres du gouvernement se sont faites face caméra, pour le chef de l’état, non.

Alors, chers lecteurs, chères lectrices détaillons un peu ceci. En soi, je suppose que comme moi, vous vous en « tapez le coquillard »  sur l’air de la Traviata, du carnet de santé du personnage. Cependant, quand on réfléchit un peu et que l’on se demande pourquoi le 13 juillet ou le 31 mai comme dates choisies de la prétendue vaccination, on voit que le service de propagande d’état fait des progrès de semaine en semaine. Bientôt, ils pourront vendre leurs prestations dans n’importe quel pays « démocratique ».

Qu’évoquent ces deux dates  pour nous?

Le 31 mai, c’est le jour même de l’ouverture de la campagne de vaccination à tous les adultes.

Le 13 juillet, c’est le lendemain  de l’allocution  dans laquelle était annoncée la mise en place du pass sanitaire.

Entre les deux dates, c’est le délai nécessaire à la distance entre les deux doses. Il faut, paraît-il, 6 semaines minimum entre deux injections. Donc, entre ces deux dates hautement symbolique et républicaine du point de vue de la communication, c’est-à-dire de la propagande, il y a 53 jours. Soit un peu plus de 7 semaines… C’est bien fait, non ?

Pour rappel, le couple présidentiel avait été sauvagement agressé par le Covid 19 précisément le 17 décembre 2020. (C’était un Covid qui avait un agenda et qui était de nature ponctuelle).  Le couple avait  même dû se mettre en vacances en avance, pardon, en quarantaine à « la lanterne », très luxueux pavillon de chasse (de 4 hectares avec piscine et cours de tennis)  du domaine du château de Versailles. « Durant ces derniers jours, ses symptômes étaient la toux, de la fièvre et des courbatures, avait indiqué la présidence. »

Mon Dieu !

Mais, le journal Le Monde titrait fièrement à sa une,  par le plus grand des hasards du calendrier, le 24 décembre à  12 heures, soit exactement 7 jours plus tard :« Covid 19 : fin de la période d’isolement pour Emmanuel Macron, qui ne présente plus de symptôme ! »

Alléluia  et joyeux Noël à tous. Votre président est sauvé, le jour du réveillon, c’est un signe de Dieu ! Ça m’avait presque donné envie d’aller brûler un cierge à notre dame. Malheureusement, c’était fermé pour travaux. Je me demande ce qu’en pense le pape?

YLR