Nos contrats

Nous ne dévoilons pas le contenu de nos contrats publiquement. Voici néanmoins des éléments d’explication sur notre fonctionnement, indispensables avant de signer chez nous.

Puisqu’on nous pose fréquemment la question : la maison JDH éditions est bien une maison à compte d’éditeur, pour la collection LES PROS DE L’ECO (dédiée à l’économie, au trading, à la bourse, à l’entreprise, etc), collection aux 20.000 ventes cumulées en 4 ans, mais aussi pour les livres collectifs (nouvelles, témoignages, etc) qui reflètent l’essence même de notre principe communautaire. Pour ces collections, nous proposons un contrat d’édition sans aucune facturation.

Pour tout le reste, le principe est simple et nous l’affichons ici très clairement, sans aucun tabou :

-Quand nous démarchons un auteur pour qu’il publie chez nous, nous travaillons à compte d’éditeur. 

-Quand un auteur nous démarche, nous travaillons à compte participatif. 

Dans ce dernier cas, voici les modalités du compte participatif :

Payables à la signature du contrat : 
Participation aux frais de dossier et de mise en page : 100€ HT (soit 120€ TTC)
Participation aux frais de correction : 0.005€ par mot (minimum incompressible de 150€ HT soit 180€ TTC, maximum de 375€ HT soit 450€ TTC quel que soit le nombre de mots). Cela Si le nombre de fautes estimatif est inférieur à 1000 pour l’ensemble du livre. Au cas où il dépasse les 1000 fautes, ce montant est susceptible d’être porté au maximum à 0.01€ par mot (avec un plafond lui aussi doublé).
A noter que ces tarifs sont inférieurs à ceux du marché.
 
Payable au moment du BAT : 
Achat de 60 livres avec remise auteur.
Participation à la création de la couverture selon barême suivant :
Couverture non illustrée, simple : offerte
Couverture PAO simple (y compris si vous apportez une illustration EXPLOITABLE et ACCEPTEE par la maison) : 100€ HT soit 120€ TTC
Couverture PAO complexe (sur demande de l’auteur ou sur proposition de l’éditeur acceptée par l’auteur) : 200€ HT soit 240€ TTC
Couverture réalisée par un illustrateur diplômé des Beaux-Arts : sur devis en direct avec ce dernier. 

Il est à noter que la clause d’achat de 60 livres est essentielle pour la vie du livre. En effet, elle peut conférer un potentiel bénéfice immédiat à l’auteur et l’aide à autofinancer ses propres choix de promotion. Nos auteurs, quelle que soit la collection concernée, achètent en moyenne par an une centaine de leurs propres livres pour répondre à leurs besoins qui sont : les salons de province, les dédicaces en librairies, les ventes directes sur les réseaux sociaux, les exemplaires pour la presse de leur choix, les conférences, les opérations en milieu associatif, etc.

Mais encore une fois, il ne s’agit pas de « débourser » et de se dire «j’achète ma parution », car ce n’est pas le cas. Nous refusons plusieurs dizaines de manuscrits par semaine. Nous ne sommes pas dans un contrat de publication ou un contrat commercial, encore moins sur de l’autoédition. 

L’idée n’est pas que l’auteur encombre ses étagères avec ses livres, mais qu’il utilise le bénéfice de ses ventes pour réinvestir sur la promotion de son livre. Un simple calcul : sur 100 livres vendus 20 euros à prix public, l’auteur se dégage un C.A de 2000 euros; avec les 30 % de réduction acquise par contrat, le bénéfice des ventes est donc 600 euros.

L’auteur qui renouvelle l’opération deux fois dans l’année couvre ses frais de déplacement, ses frais de paniers et d’éventuelles publicités payantes sur les réseaux sociaux par exemple, pour ses propres opérations promotionnelles. Ainsi que les frais de correction et mise en page. Sachant que la maison investit aussi de son côté : nous donnons alors toutes les chances au livre.

Nous invitons les sceptiques qui ne connaissent pas les chiffres du monde de l’édition à se renseigner et à prendre connaissance ne serait-ce que du chiffre global annuel de parution de l’édition française. Ceci pour comprendre que se faire connaître est un travail, pour l’auteur comme pour le livre.

Attention, cela ne veut pas dire que nos collections littéraires sont des fourre-tout.

Par ailleurs, nous  demandons aux auteurs de nous présenter des textes propres et obéissant à une charte de mise en page qui simplifiera les tâches à notre équipe de production. Cette charte est la suivante.

  1. Format A5 (Onglet Mise en page – Taille – A5)

 

  1. Utiliser la police Garamond en taille 12 pour le corps de texte.

 

  1. Le texte doit être justifié (Onglet Accueil – Paragraphe – Justifier).

 

  1. Pas d’en tête, ni de sections.

 

  1. Présentation des dialogues: pas de guillemets, si possible seulement des tirets cadratins (—).
    Raccourci clavier : Ctrl + Alt + – (signe – du clavier numérique).

 

  1. Pas d’espacement entre les paragraphes (Onglet Accueil – Rubrique Paragraphe – « Supprimer l’espace avant le paragraphe » + « Supprimer l’espace après le paragraphe »).
    Lorsque vous souhaitez segmenter votre texte, c’est-à-dire séparer un ou plusieurs paragraphes de ceux qui précèdent ou ceux qui suivent, insérez un seul saut de ligne.

 

  1. Pour les notes de bas de page: Sélectionner le texte rattaché à la note puis – Onglet Références – « Insérer une note de bas de page ».

 

  1. Penser à joindre : Préface, remerciement, dédicace. Soit déjà présent dans le fichier Word de votre livre, soit en fichier à part.

Si votre manuscrit n’obéit pas à cette mise en forme, les délais annoncés pour la production peuvent être rallongés.

Tout ceci n’est pas contractuel mais indicatif. Merci de vous reporter à votre propre contrat.