Nos contrats

Nous ne dévoilons pas le contenu de nos contrats publiquement. Voici néanmoins des éléments d’explication sur notre fonctionnement, indispensables avant de signer chez nous.

Puisqu’on nous pose fréquemment la question : la maison JDH éditions est bien une maison à compte d’éditeur, proposant un contrat d’édition sans aucune facturation, pour ses collections*.

Cependant, 7 collections** sur les 21 existantes invitent l’auteur à se procurer un certain nombre d’exemplaires de ses propres livres (entre 20 au minimum et 50 au maximum selon les collections) avec une remise sur le prix public allant de 25 à 30 %.

En plus des livres offerts prévus sur le contrat.

Ce qui confère un potentiel bénéfice immédiat à l’auteur et l’aide à autofinancer ses propres choix de promotion. Nos auteurs, quelle que soit la collection concernée, achètent en moyenne par an une centaine de leurs propres livres pour répondre à leurs besoins qui sont : les salons de province, les dédicaces en librairies, les ventes directes sur les réseaux sociaux, les exemplaires pour la presse de leur choix, les conférences, les opérations en milieu associatif, etc.

Mais encore une fois, il ne s’agit pas de « débourser » et de se dire «j’achète ma parution », car ce n’est pas le cas. Nous refusons plusieurs dizaines de manuscrits par semaine. Nous ne sommes pas dans un contrat de publication ou un contrat commercial, encore moins sur de l’autoédition, mais bien sur un contrat d’éditeur pour les collections nommées plus bas.

L’idée n’est pas que l’auteur encombre ses étagères avec ses livres, mais qu’il utilise le bénéfice de ses ventes pour réinvestir sur la promotion de son livre. Un simple calcul : sur 50 livres vendus 15 euros à prix public, l’auteur se dégage un C.A de 750 euros; avec les 30 % de réduction acquise par contrat, le bénéfice des ventes est donc 225 euros.

L’auteur qui renouvelle l’opération deux fois dans l’année couvre ses frais de déplacement, ses frais de paniers et d’éventuelles publicités payantes sur les réseaux sociaux par exemple, pour ses propres opérations promotionnelles. Sachant que la maison investit encore davantage de son côté : nous donnons alors toutes les chances au livre.

Nous invitons les sceptiques qui ne connaissent pas les chiffres du monde de l’édition à se renseigner et à prendre connaissance ne serait-ce que du chiffre global annuel de parution de l’édition française. Ceci pour comprendre que se faire connaître est un travail, pour l’auteur comme pour le livre.

Nous considérons que sur des sujets régionalistes ou à public plus restreint, parce que très particuliers, et qui n’entrent pas dans les lignes éditoriales fixées par les directeurs de collection (et chez JDH, les directeurs de collection sont souverains sur leurs choix), la maison doit s’assurer de la participation active de l’auteur. Là, plus  encore qu’ailleurs.

Attention, cela ne veut pas dire que les collections concernées sont des fourre-tout.

Loin de là.

La collection Nouvelles Pages par exemple, offre « un nouveau catalogue dans le catalogue de la maison ». D’ailleurs, des noms « connus » y publient aussi. Articulée sur le format standard de notre imprimeur et partenaire, bénéficiant d’une correction aussi soignée que pour n’importe quel livre édité chez nous, publiable plus rapidement à cause de ces mêmes standards, moins chère à l’achat pour le lecteur, mise en avant par les mêmes médias que ceux dont disposent la maison (Web TV, web, réseaux sociaux, revue littéraire, presse, émissions radio et TV, etc.), Nouvelles Pages est depuis septembre 2020 la collection montante de la maison.

Les polars, les fantastiques, les feel-good entrent aussi pour nous dans une autre gamme. Celle du livre «consommable» avec une durée de vie plus courte que pour livres de collections qui se veulent classiques et intemporels. D’où la nécessité absolue de ne pas s’endormir sur ses lauriers et de gérer la promotion avec diligence et en partenariat avec l’éditeur.

En tant que directeur littéraire, je soigne particulièrement les lignes de publications en ce qui concerne le pôle littéraire de la maison et mon homologue sur le pôle économique et sociétal, également. La maison JDH est une maison d’édition nouvelle génération, elle se définit comme « hybride » et revendique une énergie « renouvelable ». Souvent dissidente, souvent innovante, notre équipe assume ses choix et vous propose un schéma différent de l’édition, mais efficace, sous la présidence de notre éditeur, Jean-David Haddad.

Yoann Laurent-Rouault, directeur littéraire et artistique, rédacteur en chef de la revue littéraire l’Édredon et associé.

*Hors contraintes techniques avérées ou demandes particulières de l’auteur sortant du cadre du contrat.

** Les collections concernées sont : Nouvelles Pages, My feel-good, F.Files, B.Files, Les intimistes JDH, Case Blanche, Hippocrate et cie.

Nous demandons aux auteurs de nous présenter des textes propres et obéissant à une charte de mise en page qui simplifiera les tâches à notre équipe de production. Cette charte est la suivante.

  1. Format A5 (Onglet Mise en page – Taille – A5)

 

  1. Utiliser la police Garamond en taille 12 pour le corps de texte.

 

  1. Le texte doit être justifié (Onglet Accueil – Paragraphe – Justifier).

 

  1. Pas d’en tête, ni de sections.

 

  1. Présentation des dialogues: pas de guillemets, si possible seulement des tirets cadratins (—).
    Raccourci clavier : Ctrl + Alt + – (signe – du clavier numérique).

 

  1. Pas d’espacement entre les paragraphes (Onglet Accueil – Rubrique Paragraphe – « Supprimer l’espace avant le paragraphe » + « Supprimer l’espace après le paragraphe »).
    Lorsque vous souhaitez segmenter votre texte, c’est-à-dire séparer un ou plusieurs paragraphes de ceux qui précèdent ou ceux qui suivent, insérez un seul saut de ligne.

 

  1. Pour les notes de bas de page: Sélectionner le texte rattaché à la note puis – Onglet Références – « Insérer une note de bas de page ».

 

  1. Penser à joindre : Préface, remerciement, dédicace. Soit déjà présent dans le fichier Word de votre livre, soit en fichier à part.

Si votre manuscrit n’obéit pas à cette mise en forme, les délais annoncés pour la production peuvent être rallongés.