Description du produit

L’âme du manguier

(3 avis client)

18,00

Une histoire d’Afrique. L’histoire de Joséphine. L’histoire de Jasmine.

Deux destins de femmes qui se croisent au cœur de l’Afrique. Entre aventures, secrets et découvertes, ce roman promet de vous éblouir.

« On rit, on s’exclame, on pleure avec les personnages, on a envie de prendre dans nos bras, cette petite fille si spontanée qui va et vient, qu’on oublie un peu, qui observe… On se promène dans l’Afrique des années cinquante, soixante, avec Joséphine et Jasmine , mère et fille, les deux héroïnes principales […] On découvre les paysages, la chaleur, la poussière, la route, la passion soudain au coin d’un virage…Et surtout, ce majestueux arbre qui est là, entends et comprends tout, la sagesse de l’arbre qui enveloppe de ses branches, offre ses fruits, ce beau manguier qui semble tout absorber, tout savoir et qui nous accompagne tout le long de l’histoire… Un roman intense sur l’enfance, l’Afrique, de beaux portraits de femmes, un secret de famille, une culture différente, c’est une très belle découverte ! »
– Commentaire de Catblanchet

11 en stock (peut être commandé)

Categories: , Tags: ,
  • Auteur:

Description

Marseille 1950. Joséphine, 16 ans, quitte la France à bord d’un paquebot, pour la terre d’Éburnie. Elle se rend au domaine de La Malaguette pour être accompagnatrice de l’épouse du gouverneur de la ville de Tabou, riche propriétaire terrien. En compagnie de Christie la journaliste passionnée, de la douce Mara, d’Amadou le vieux jardinier, Joséphine découvre l’Afrique, sa culture et ses mystères.

Tabou 1955. Jasmine vient au monde. Elle se souvient, écoute, joue, se faufile et déroule peu à peu le fil des drames et des passions.

Joséphine arrivera-t-elle à conquérir sa liberté pour vivre à la hauteur de ses aspirations ? Jasmine découvrira-t-elle cette petite voix, comme un murmure au fond d’elle-même, et le secret de sa naissance car il est des liens éternels, impossibles à briser…

3 avis pour L’âme du manguier

  1. Carole

    J’ai passé un excellent moment avec ce beau roman que l’on m’a offert, de superbes portraits féminins, des paysages magnifiques et quel bonheur de suivre cette petite fille à l’affût des choses, qui essaye de comprendre le monde des grands dans un milieu bien particulier. Les années 50 avec ce brin de liberté, ce qu’on avoue à demi-mot ou pas, merci pour ce road-trip en Afrique où la nature, les traditions et respects des ancêtres sauvent parfois la vie. J’ai particulièrement aimé le personnage de Mara et celui d’Amadou. Lumineux ! Y aura-t-il une suite à l’Âme du manguier ? Je trouve qu’il mériterait amplement un prix tant l’écriture est belle et poétique. Merci beaucoup à votre maison d’Edition pour ce choix littéraire .

  2. Lorraine

    C’est avec surprise et bonheur que je découvre cette œuvre de femme, et pour les femmes principalement, non pas qu’elle ne soit pas intéressante pour le lecteur masculin. Les personnages sont bien campés et leur univers se déroule comme un film devant nos yeux. On ressent la chaleur étouffante de l’Afrique, on y respire l’odeur des fleurs de là-bas et on lutte avec ses héroïnes, ces femmes hautes en couleurs, on est vaincues par leurs peines et difficultés, on se relève avec elles après les combats dans leurs âmes et de leurs corps. On reste dans l’attente des événements qui parfois tardent à venir dans cette Afrique où tout semble se dérouler sur un autre tempo, parfois lente, lente et tout à coup rapide au son des barrissements de l’éléphant. On se sent confinés dans les maisons lors des orages soudains et perdus dans ces décors gigantesques. Les héroïnes de ce roman sans distinction d’âge, de couleur ou d’appartenance deviendront des compagnes attachantes dont vous aurez beaucoup de difficulté à vous séparer lorsque vous refermerez le livre à la page 213.
    Et les hommes viennent pimenter et déranger, rugir et conduire, mais les femmes leur tiennent tête même dans leur rôle de domestique ou leur mutisme apparent.
    Une écriture douce et à la fois prenante, s’enracinant subtilement comme cet arbre du manguier qui ne meurt jamais.
    Une couverture de toute beauté, un petit bijou de lecture. Je vous le recommande chaudement, laissez-vous glisser d’un chapitre à l’autre dans cette Afrique décrite par Béatrix Delarue.

  3. Marie Bastien

    J’ai adoré ce roman : avec sa plume de poète, l’auteure ouvre son cœur et les émotions de son enfance au travers de la vie de femmes sur plusieurs générations. J’ai retrouvé avec délice, grâce à son talent de conteuse, les odeurs de la terre humide, les essences du bois, la luxuriance de la brousse où se mêlent les ylang-ylang, le parfum envoûtant des caféiers, les coutumes africaines ancestrales des peuples des lagunes au rythme du tam-tam, des danses de masques, la langueur de ses femmes en boubous colorés…ce roman est une œuvre d’amour pour l’Afrique dépeinte avec une extraordinaire sensibilité à l’aube de la décolonisation. J’attends avec impatience une suite à ce roman…

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *