LIBERTE, LIBERTE CHERIE

 Ndlr : Afin de ne pas appliquer de censure dans notre revue littéraire, en tant que rédacteur en chef, et après concertation de l’équipe éditoriale, je me vois contraint de publier cet article de monsieur Thomas Degré. Mais, nous ne cautionnons absolument pas  les propos « excessifs » de cet écrit. Ceci étant dit, libre à chacun d’avoir son opinion sur  le contenu de cet article…

YLR, pour la rédaction.

 

LIBERTÉ, LIBERTÉ CHÉRIE

Les anti vaccins et anti pass sanitaires[1] défilent pour beaucoup au nom de la liberté bafouée : liberté de ne pas s’injecter un produit auquel ils ne croient pas ; liberté de pouvoir aller et venir où bon leur semble sans qu’il leur soit demandé de présenter un « ausweis », ainsi qu’est nommé le pass par certains. Quelques manifestants vont même jusqu’à arborer l’étoile jaune et entonner le Chant des partisans, quand d’autres brandissent une pancarte antisémite, comme ce  fut le cas récemment à Metz. Mais dans quel monde vivons-nous ?  Savent-ils précisément,  ces brailleurs ignares qui s’improvisent chanteurs, à quelle période de notre ère ils se réfèrent ? Où entendent-ils aujourd’hui « le vol noir des corbeaux sur nos plaines et les cris sourds des pays qu’on enchaîne » ? Subissent-ils eux-mêmes, ou leur famille, les affres des arrestations, des déportations et des exterminations dans les chambres à gaz ? Toute référence, par ces manifestants, à la période de l’occupation et à la Shoah, où plus de six millions de juifs et autres dissidents ont été exterminés, me fait vomir.

Et puisque ces anti… défilent pour la plupart au nom de la liberté, parlons-en ! De quelle liberté s’agit-il ? Aujourd’hui, nos libertés individuelles sont largement mises à mal par les caméras vidéo implantées à chaque coin de rue ou dans les magasins, par le traçage de nos smartphones au moyen de la géolocalisation ou celui de nos cartes bancaires et de transport, par l’utilisation d’internet et des réseaux sociaux. Pourquoi ceux-là mêmes qui proclament haut et fort que notre pays glisse vers une dictature n’ont-ils pas encore manifesté contre ce « Big Brother » qui pourrait nous épier, nous surveiller ? Il n’y a pas moins de 14 définitions de la liberté individuelle dans le Larousse. Celle à laquelle je me réfère dans la suite de ce texte est inscrite dans l’article IV de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : « La liberté consiste à faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. »

Chacun d’entre-nous, s’il n’est pas immunisé, peut être victime ou VECTEUR du virus. Il est aujourd’hui scientifiquement établi que le vaccin permet de limiter les cas graves relevant de l’hospitalisation ou de la réanimation, et donc les risques de décès, pour soi-même et pour les AUTRES. Défiler en tant qu’anti vaccin, au nom de la liberté telle que définie dans l’article IV des Droits de l’homme et du citoyen, la seule définition qui fait foi à mes yeux, n’a donc aucun sens, puisque ne pas être vacciné peut nuire à autrui. Défiler en tant qu’anti pass vacciné au nom de cette même liberté peut se comprendre, Cette position – très minoritaire – est alors une affaire de principe et ne se discute pas.

Thomas Degré, auteur des « Demoiselles de nulle part » (JDH Éditions)

[1] un anti vaccin est nécessairement anti pass mais la réciproque peut être fausse

L’auteur, Thomas Degré.