Critique sur l’anatomie de la Marguerite par les lecteurs.

Critique sur l’anatomie de la Marguerite par les lecteurs.

 

Tu sais que je ne lis pas. Jamais. Mais là, j’ai commencé le tien. Et je suis en train de le finir. Quelle rigolade ! Quelle poésie. J’aimais tes dessins de presses, mais là… Bravo mon ami. G. Dessinateur de presse Belge, auteur BD.

Vous êtes un emmerdeur, monsieur Saint Servan. Mais un emmerdeur sympathique … Que de souvenirs de bonheurs perdus dans ce livre… J.F, journaliste indépendant, par mail.

Un livre amoureux… Coup de cœur pour « la chasse à la mûre », j’entends Brassens en musique de fond et aussi le texte sur la librairie, pour une passionnée de BD : quel catalogue !  J’ai aimé la drôlerie et la poésie du texte, les illustrations de bas de pages, j’ai adoré ces hommages à la féminité, présents tout au fil du livre et le texte sur l’enfant qui vient de naitre. Bravo ! Musicale, bourré d’humour, poétique, dingue, amoureux, je le conseille sincèrement. Depuis Facebook, Valérie 64.

Aux petits bonheurs ou l’anatomie de la Marguerite, d’Arthur Saint-Servan.
Heureux est le livre, comme la couverture, comme les illustrations, je le déclare.
L’auteur nous propose plusieurs phases de vie, des petites tranches qui me rappellent celles que me proposait ma grand-mère. Les siennes sentaient le bon pain de campagne. Si, je vous l’affirme, elle mettait des couches généreuses de confitures, un peu jaune, un peu rose, un peu rouge.
Je sens que vous pensez que je n’ai pas abusé que de confitures, mais de boissons à consommer avec modération. Peu importe, pourquoi vous détromper.
Pour tout vous dire, chaque écrit a cette texture, cette légèreté, cette douce aigreur, qui me rappelle ces parenthèses superbes de mon enfance. Il est vrai que les deux premiers titres m’ont inspiré : « Mise en bouche. La chasse à la mûre… » C’est ainsi, je suis transporté et j’adore.
Vous ne voulez sans doute pas passer à table, alors prenez un bon fauteuil et délectez-vous, dégustez. Pour ma part, j’ai relu plusieurs fois les petits textes avec le même plaisir.
L’auteur nous propose des instantanés simples et charmants. Il s’amuse, il évoque, il regrette, il vit, il livre ses souvenirs avec humour et élégance.
Vous aimez les siestes, les pétards, les copains, les dessous féminins, les bons verres, les petits papiers, les librairies, la plage… que sais-je encore, recherchez donc ce petit livre rouge aux couleurs de la liberté de penser, de la liberté de vivre.  Alain Maufinet, auteur du chant des brisants.

Fou rires en cascades, petites larmes par moment. Un talent fou. J’ai lu quelques textes à ma fille ainée, cela nous a rapproché. Merci Monsieur Saint-Servan. Stéphane G, par Messenger.

Aux petits bonheur m’en a procuré un grand! Que de petits moments savoureux, plein de délicatesse, de poésie et d’humour… un régal. J’en redemande.. . encore une autre marguerite s’il vous plait! Les deux petits S, qui signent chaque lecture pour Saint Servant, sont une très belle idée. Un seul mot: à quand le prochain petit bonheur breton? Marie Claude Catuogno, auteure de Feelgood.

Enfin un livre qui m’a fait du bien, qui m’a fait chaud, qui m’a rendue amoureuse. L’auteur est-il célibataire? Gwenola, par facebbok.

La porte de ta douche, m’a fait penser à une chanson de Pierre Perret, j’ai trouvé aussi Brassens, Renaud, Bashung, Gainsbourg, toute une play liste fantastique. Mention pour le texte sur le marché du dimanche matin. David du 54. Par Instagram. 

Ma femme me l’a offert, je l’ai lu, je l’ai offert à mon frère, qui l’a offert à notre vieux papa. Il n’avait pas lu depuis des années, un livre de ce type. Il a dit, je cite : ce type est pire qu’Alphonse Allais. Du coup il garde votre livre… Alors je l’ai racheté. Une dédicace ? Arnaud V.B, lecteur de Belgique. Par Messenger.

Le pire c’est que je n’aime pas. Parce que j’ai un caractère de merde ! Bravo quand même ! Nina, abonnée Face book.

Cher Monsieur, votre texte sur le pétard est une honte. A cause de vous j’ai acheté du shit en bas de mon immeuble. J’avais plus fumé depuis des années. Daniel de Marseille, par mail.

Arthur, vous êtes un salopard. Vous devriez avoir honte d’inciter les gens aux bonheurs. Ce n’est pas l’époque ! J.B  personnage public, artiste. Par SMS

Mon chéri, L’anatomie de La margueritte c’est très bien, mais pense quand même à réparer la porte de la douche. Ta femme qui t’aime. Paola, femme de l’auteur, Facebook.

Les insultes, le texte ad hoc : fou rire garanti ! J’arriverai pas à m’en remettre ! Merci. D.S, personnage public , politique, par Twitter.

Wahooo ! J’ai adoré!  Votre style qui s’adapte aux sujets traités comme aux, musiques, Bravo. Une leçon! Vous donnez la leçon, Monsieur Saint-Servan. P.D, écrivain, personnage public. Par sms.

Ton livre est un caramel. Il va plaire. Bravo ! JDH, éditeur. Devant une bonne bière.

Dommage que vous parliez de pétard, d’alcool et des femmes, sinon, je l’aurai offert au curé de ma paroisse ! F.M, acteur, personnage public.

Nostalgie, tendresse poésie, humour… Pas assez de sexe à mon goût… Quoique le texte sur les érections intempestives… J’ai adoré ! Leïla, chroniqueuse presse et Web. Par instagram.

Un grand kif! Merci. Mon groupe de lecture à flashé ! Facebook.

La Marguerite est devenue ma fleure préférée. Anna. Facebook. 

Adorable petit recueil. Je lui promet une belle vie. Il durera ! A.T, romancière, personnage public.

NDR : A la demande de l’auteur, les personnages publics ne sont pas cités, sinon par des initiales. Essayer toujours de deviner. 😉