Le meurtre du bon sens – Annexe 1 : Le cas des « cas » Par Gilles Nuytens.

Le meurtre du bon sens – Annexe 1 : Le cas des « cas » Par Gilles Nuytens.

Les « cas », voilà un mot qu’on entend à longueur de journée ces temps-ci, un mot en vogue, à la mode, ultra tendance, il est sur toutes les langues et dans toutes les langues, il est partout, incontournable, dans tous les foyers, dans toutes les conversations, au boulot, dans la rue, omniprésent, implacable, il s’immisce dans vos vies jusque dans les sphères les plus privées et les plus intimes, impossible d’y échapper. C’est LE mot de cette seconde moitié de 2020.

Il est catastrophiquement branché !

Alors si vous êtes un « cas » (à ne pas confondre avec un « inca », personne ayant appartenu à la civilisation inca, vous savez, cette fameuse civilisation d’Amérique du Sud) et que vous n’avez pas encore pris votre « déca » mais seulement votre encas, on vous suggérera ainsi de faire, entre autres mesures ubuesques, le cas d’une chambre à part avec votre conjoint(e). Si vous en avez (encore) un(e), cela va sans dire. Car… personne n’est à l’abri de faire un gros caca nerveux suite à l’explosion des « cas » et des mesures radicales prises en conséquence. Vous remarquerez, et ce n’est pas vraiment remarquable, que les divorces et les séparations sont très tendance en ce moment, un vrai carton au box office covidien.

En Angleterre, par exemple, il est ainsi désormais interdit d’avoir des rapports sexuels avec une personne ne résidant pas sous votre toit ; au Canada ils recommandent même d’avoir des relations sexuelles non seulement masquées mais à la façon « Glory Hole » et ce, de façon très sérieuse. Ne rigolez pas ! Ou plutôt si, rigolez tellement c’est pathétique d’en arriver à des énormités pareilles. (Note : Ceux qui ne savent pas ce qu’est un « Glory Hole », je vous suggère de taper ce terme dans « gogol » et de préférence à l’écart de vos enfants ! Et pour pousser le bouchon plus loin encore, je vous suggère même le clip très « explicite » du groupe Steel Panther avec leur chanson du même nom.)

Le peuple est dans un état léthargique à la limite de la mort cérébrale. Hypnotisé à en perdre la raison.

Il va falloir qu’il se décide à prendre ses responsabilités car ce qui est en train de se passer est extrêmement grave. On licencie des gens pour délit d’opinion, juste parce qu’ils ont un discours qui ne va pas dans le sens « réglementaire », oui simplement pour énoncer des faits. Je pense tout particulièrement au Docteur Pascal Sacré, dernière victime en date de ce qu’on peut désormais appeler sans honte les « Purges Covidiennes ». Bientôt nous allons en arriver à une situation politique telle qu’en Chine où il est interdit de contredire le pouvoir et le régime. Là-bas, les gens « disparaissent ». Ici, on licencie et désavoue, on traîne dans la boue, on diffame et ce, peu importe le niveau d’expertise : cela va du simple généraliste, en passant par le chef de clinique, jusqu’aux spécialistes mondialement reconnus. Tous subissent le courroux de la Pensée Réglementaire. Remettre en cause la dangerosité du Covid ou remettre en cause le bien fondé des mesures gouvernementales est devenu une hérésie : vous êtes un hérétique, un infidèle, un kouffar, un mécréant. Un « complotiste » digne du bûcher. On vous lapide sur la place publique.

« Dans des temps de tromperie généralisée, le seul fait de dire la vérité est un acte révolutionnaire. » ~ George Orwell, auteur de « 1984 ».

J’insiste, ce qu’il se passe est gravissime. Si vous ne voulez pas que la vie de 2020 devienne la nouvelle normalité, réagissez.

Mais la population reste aveugle. Hypnotisée. Elle met un torchon sur sa gueule.

Et elle adore ça !

« Jamais l’esclavage n’est aussi bien réussi que quand l’esclave est persuadé que c’est pour son bien » ~ Aristote

Combien de vies vont êtres sauvées suite aux mesures des gouvernements ? Mais combien d’autres encore vont devoir êtres anéanties et sacrifiées sur l’autel de la pseudo sécurité avant que le peuple ne se réveille et ne se révolte contre ces « cafards » et ces « cafardeurs » qui sont en train de détruire l’humanité pour un virus qui ne tue même pas 1% des gens réellement malades ? Jusqu’à quand vont-ils continuer à être des petits soumis, des trouillards sans couilles qui font « caca » dans leur froc ?

A-t-on jamais entendu parler d’une personne « asymptomatique » de la grippe ? Lorsque vous avez été en contact avec une personne grippée, vous mettez-vous en quarantaine, vous n’avez strictement rien mais est-ce qu’on a déjà entendu dire d’une personne n’ayant pas été malade de la grippe qu’elle avait eu la « grippe asymptomatique » ? Jamais entendu dire ça pour ma part. C’est pourtant ce qu’on fait avec ce Covid (Je sais, il paraît que c’est féminin maintenant mais je m’en contre fous, je suis un subversif, vous avez oublié ?). Un tel ou une telle a « eu le Covid » mais il/elle n’a pas été malade. On l’entend à longueur de temps. « Un tel ou une telle a eu la grippe mais il/elle n’a pas été malade ». Inconnu au bataillon ! Mais combien de millions de « cas » de « grippe asymptomatique » aurions-nous probablement chaque année si nous faisions ça ?! Un nombre colossal je crois ! Pourtant, vous mettez les personnes fragilisées en danger également. La grippe tue. Elle tue presque autant que le Covid. Vous êtes des criminels ! Honte à vous ! Et le vaccin de la grippe dans tout ça alors ? Il existe des vaccins contre celle-ci. Cela a-t-il suffit pour la faire disparaître ? Une personne de mon entourage est décédée de la grippe il y a quelques années… une semaine après s’être fait vaccinée contre la grippe justement. Mais voilà, le fameux vaccin Covid tant attendu, le Saint Graal de la coviderie, va tous nous sauver ! Alléluia !

En 2017-2018, il y a aussi eu une énorme épidémie de grippe en France, les services des urgences des hôpitaux étaient saturés, il y a eu cette année là des milliers de morts de la grippe supplémentaires par rapport aux années précédentes en France ! C’était dans toutes les infos à l’époque. Les gens ont la mémoire courte ! Et du Covid alors en 2020 ? Les chiffres sont à peine plus élevés sans tenir compte des erreurs avouées (et pas avouées !) sur les chiffres. D’ailleurs les statistiques de la mortalité en France comme en Belgique des 6 premiers mois de 2020 ne diffèrent guerre de celle des années précédentes (source : insee.fr, statbel.fgov.be)… Curieusement, il y a également beaucoup moins de morts de la grippe cette année.

Depuis des semaines, on ne nous parle plus de « malades », de « morts » ou de « personnes aux soins intensifs », on nous parle de « cas ». Mais quoi, des « cas » ? C’est quoi ça, des « cas » ? C’est quoi votre délire ? Le nombre de ces fameux « cas » évolue à la hausse en même temps que le nombre de tests ! Plus il y a de tests, plus il y a de « cas », forcément ! Et comme la population est fanatisée, elle se fait lobotomiser au sens propre comme au figuré et elle adore ça : les gens font la file pour se faire enfoncer un bâton dans le nez et ainsi contribuer à l’hystérie. Le retour des sado-masos ? Ils ne sont pas malades mais « on ne sait jamais » disent-ils. Dans les infos, on parle de tous ces « cas » avec ces tests dont on le sait, ils sont peu fiables. Il y a 500 « cas » aujourd’hui, 1000, oulalaa, 2000, 3000, oulalalalalaa… dans l’esprit des gens, dans leur subconscient, ils ne font pas la différence entre un « cas » et une personne malade. Ils voient juste les chiffres. Des chiffres gonflés et présentés sans aucun recul ni contexte. Les « experts » l’ont dit il y a quelques semaines : « les gens n’ont plus assez peur » !

Aujourd’hui, le monde préfère cesser de vivre par peur de mourir. Mais à quoi bon continuer à vivre ainsi ? Un ministre belge de premier plan l’a avoué : « Ma génération va vivre avec ce problème jusqu’à la fin de sa vie, je crois ». Alors, allez-vous vivre comme des soumis jusqu’à la fin de votre vie ou allez-vous enfin vous révolter pour de vrai ?