Merci mamie, par Nathalie Sambat

Merci mamie, par Nathalie Sambat

Nathalie Sambat, est la directrice de la collection Case blanche,  (Sujets éducatifs) elle est une femme très active dans le milieu associatif et une auteure de talent. Elle mène en ce moment un collectif d’auteures et d’auteurs  sur la monoparentalité et participe à deux autres collectifs qui sortiront sur les mois de novembre et décembre. C’est aussi, avec Ana Jan Lila, l’une de mes deux consultantes éditoriale préférée.

Ses qualités humaines en font une collaboratrice précieuse. Nathalie publiera très prochainement dans sa propre collection un ouvrage sur la phobie scolaire et très bientôt, un roman que j’aurai le plaisir de « diriger » et d’accompagner. 

YLR, rédacteur en chef et directeur littéraire et artistique de JDH éditions. 

 

Merci mamie !

Une amie vient de me raconter une anecdote vécue avant-hier au jardin des plantes à Nantes alors qu’elle profitait des rayons du soleil.

Elle est allongée dans l’herbe, son masque sous le menton (elle est venue prendre l’air, pas de faire un shoot de CO2 !), un bon bouquin de JDH Editions dans une main (désolée pour le pléonasme…) et une pomme dans l’autre.

La pomme est le remède qu’elle a trouvé contre l’amende. Je parle de celle avec un « e », à 135€, pas du fruit à coque à 11€70 du kg, avec un « a ». Merci nos bons seigneurs de nous laisser le droit de manger dans la rue ! Mieux que Nostradamus, Chirac avait annoncé LA prédiction : « Mangez des pommes » !

Elle entend alors l’homme assis sur le banc face à elle, fièrement vêtu de son bâillon en tissus dans un espace pourtant peu peuplé, s’adresser à une petite mamie qui traversait le parc appuyée sur son déambulateur.

-« Ben bravo !!! Et votre masque alors ? » lui hurle ce justicier autoproclamé tel un preux chevalier sans hauts de chausses !

Si l’appui sur les jambes de la mamie n’est plus très sûr, son bagout et son sens de la répartie sont eux en pleine forme :

-« De quoi je me mêle ? Je suis loin, et surtout, je suis libre ! Ne vous inquiétez pas pour votre santé, je ne roule jamais de pelles aux cons ! »

Mon amie applaudit cette super héroïne en charentaises tandis que l’homme quitte le parc vexé par ce recadrage public en bonne et due forme en pleurant dans son masque.

Si le scud envoyé par la mamie nous fait rire, nous prenons conscience du concentré de dissonances dans lequel nous vivons actuellement poussant à ce genre de scène.

D’abord, nous nous interrogeons sur la puissance des informations diffusées par les médias !

Le mitraillage médiatique est tel que la peur du Covid en a lobotomisé certains au point de ne plus discerner les bons comportements des ridicules! Lorsqu’une femme se fait agresser dans la rue parce qu’elle porte une jupe, aucun témoin n’intervient. Lorsqu’une grand-mère ne porte pas son masque à 10 mètres, on se sent pousser des ailes d’inquisiteur ! Il est vrai que les risques de représailles d’une petite grand-mère pesant 50 kg toute mouillée sont moindre qu’une bande de trois mineurs en survêt ! Peut-être que le manque d’oxygène influe sur la taille de certains attributs masculins, enlevant toute notion de bravoure et de courage à quelques gentlemans en carton ?

Ensuite, notre conversation part dans tous les sens. Vous savez comment c’est entre filles : « et blablabla, et blablabla… ! » Nous listons encore et encore les incohérences diffusées partout sans que

cela ne choque tout le monde ! Nous avons l’impression de vivre dans une boîte de nuit des années 80 : deux salles, deux ambiances !

Qu’importe le sujet d’actualité, il y a des dissonances entre ce qui est dit, ce qui est fait et ce qui est logique. Les publications ironiques sur les réseaux sociaux sur la gestion du COVID sont d’ailleurs nombreuses. Beaucoup ont le sentiment d’être pris pour des imbéciles, à juste titre…

On maintient la peur, le doute, l’illogisme, la culpabilisation… on infantilise les foules, on punie, on surveille, sauf que l’heure de colle vaut 135€ et que les pions sont équipés de Tonfa, de LBD et de grenades !

On condamne les agressions des deux jeunes filles à Strasbourg mais le ministre de l’éducation nationale fustige le short. Les lois liberticides se multiplient alors que les chiffres ne sont plus alarmants et que les traitements sont efficients. On affiche la démocratie mais on ne tient pas compte des pétitions, des manifestations. On donne des médailles aux infirmières tout en réduisant les budgets des hôpitaux. La liste est longue !

En guise de liberté, on nous baillonne… en guise d’égalité, on nous écrase… en guise de fraternité, on nous divise. Des clans sont en permanence en opposition : pro masque contre anti masque, chasseurs contre non chasseurs, viandards contre végétariens, BFMistes contre complotistes, etc, etc…

Alors, avec mon amie, nous reprenons les signes distinctifs des Pervers Narcissiques Manipulateurs :

1. Le pervers narcissique est un séducteur hors-pair

Il sait vous séduire, vous dire ce qui vous plaît et ce que vous voulez entendre… jusqu’à ce que le masque tombe et qu’il se révèle odieux.

2. Le double visage

Il séduit sa cible puis lui rend insidieusement la vie infernale. La victime est souvent considérée comme folle, dépressive voire paranoïaque.

3. L’utilisation de la violence

Intimidation et humiliation ! Les critiques sont permanentes. Le manipulateur franchit parfois la barrière de la violence physique lorsqu’il sent que sa victime est sur le point de faire éclater la vérité.

4. Isoler et diviser pour mieux régner

Pour assoir son emprise, le pervers narcissique coupe les liens qui unissent la victime à ses proches, monte ses proches contre elle, pour un isolement total.

5. L’attrait immense pour l’argent

Des maniaques de l’argent ! Au delà de la possession et de l’humiliation de la victime, il s’octroie largement les revenus de sa victime afin de la contrôler davantage.

6. Gare aux phases de « lunes de miel »

Il revêt régulièrement son masque de séducteur pour faire retomber la victime dans ses filets. Un outil de manipulation endormir la méfiance de la victime.

7. Dénué d’empathie

Il ne ressent aucune émotion pour sa victime car il ne l’aime pas, voir il éprouve une certaine jouissance dans sa détresse. Il feint une fausse empathie.

8. Le mensonge au quotidien

C’est pathologique, pour se faire valoir, être flattés, admirés et aimés par leur entourage

9. Les déviances sexuelles

Elles ajoutent une nouvelle ombre au tableau de ces personnalités.

10. Intelligent, il est souvent paranoïaque

Et il se méfie de sa victime qui risque de fuir. Alors il se méfie de tout le monde, dispose d’espions parmi ses amis et son entourage. Et sera prêt à tout pour la punir de ce départ…

La victime, elle, est soumise à une forme cachée d’emprise et de manipulation. Elle subit des violences émotionnelles, physiques, verbales ou financières. Elle est blessée, humiliée, soumise, traumatisée, anxieuse, et silencieuse. Elle ne sait plus distinguer le vrai du faux, le normal de l’injuste, le logique du dissonant…

Vous voyez se dessiner l’analogie entre ce fonctionnement et celui de notre gouvernance ? Alors de grâce, éteignez vos télés, faites des barbecues avec vos journaux, marchez pieds nus dans l’herbe, respirez et libérez vous de cette emprise !

« Le sage enseigne par ses actes, non par ses paroles » – Lao Tseu