Ma vie dans un bocal.

Ma vie dans un bocal.

Ma vie dans un bocal

Demain, encore un conseil de défense sanitaire, annoncé en grande pompe par la secte des journaleux vendus à l’état. Encore et encore, de semaine en semaine, le gouvernement prend le temps de bien se tromper d’erreurs et communique comme jamais un gouvernement n’a communiqué, sauf peut-être celui du maréchal à l’époque où ils chantaient tous « En rouge et noir », tube bien connu et repris plus tard.

S’en suivra une allocution télévisée, sorte de messe de pâques améliorée, que la plupart des Français regarderont soit d’un œil distrait, soit d’un œil bovin, attendant le résumé à droite de l’écran, préférant lire qu’écouter les baveux à microphones incorporés. Ça tombe bien, c’est la saison des messes, même si on ne sait plus quoi foutre des jours fériés maintenant que tout est fermé, amen.

D’ailleurs, à ce propos, je milite pour le retour des infos en latin.

On nous dira que ce n’est pas grave d’être en cage, que c’est pour le bien de tous, qu’il ne faut pas se plaindre parce que comme ça on fait de l’épargne, qu’ils font ce qu’ils peuvent, que les Français sont moins cons que le reste de l’Europe et qu’il faut rester à la caserne parce que les permissions sont supprimées.

Et une majorité bêlante bêlera.

Vive Garovirus !

Reprenez avec moi tous en cœur : Bêêêêêêêêêêêêê.

Il est grand, il est beau, il est fort, il sait ce qu’il fait, c’est lui le chef de guerre.

En plus, il est marié avec une institutrice.

Il fait ses devoirs tous les soirs.

Et puis son petit cheveu sur langue n’est pas sans rappeler celui d’une célèbre playmate du siècle dernier.

C’est fi fexy fophie !

C’est effectivement sexy selon la ménagère de plus de 70 ans.

Et après on  va se taper le bricoleur à grosses lunettes, l’inventeur de la colle à joint sanitaire, le premier ministre qui a osé faire de l’ombre à Castorama de son vivant. Il nous dira, d’une voix d’organisateur de salon agricole de province que nous ne sommes plus libres et égaux en droit, que la libre circulation c’est d’accord, mais sur 1000 mètres, que les hôpitaux ont mal aux culs et que les soignants sont des héros.

Conseil de défense, de qui, de quoi ?

Les vétérans se marrent.

Demain sous l’Arc de Triomphe, les blés seront plus beaux…

C’est risible, aussi dramatique que risible.

Dieu se marre et l’homme dispose.

Et tout ça pour empêcher les gens de voter aux régionales? Pour ne pas perdre une majorité fantoche, parce que le sénat est clairement de l’autre bord? Et que touts les anars du pays et tous les intellectuels qui n’ont pas chopé un rhume de cerveau se mobilisent dans l’ombre pour foutre dehors l’état-major au grand complet.

Mais,  ils continuent les autistes ! Et une si belle application me donnerait presque nouvelle foi dans l’école et dans le système. Mao, Staline, Hitler, Franco et leurs potes en parlent à l’apéro en se tapant sur la cuisse tandis que Pétain paie la tournée.

En attendant, on vaccine, lentement mais sûrement, avec des virus piqués à des chimpanzés et les pangolins se marrent doucement.

Il y a une justice tout de même.

Demain, jour de messe, on vous dira que les 8 millions de personnes vaccinées hier sont devenus 12, on vous assommera de chiffres, on comptabilisera les morts de crises cardiaques, de suicides et de cancers comme COVIDVICTIME et on vous fera peur.

Bouh !

Et ça fait des mois que ça dure.

Et les mois se transforment en année.

Bonne année et bonne santé.

Et moi, comme tant d’autres, coincé entre deux bombes de liberticide à formule enrichie, foudroyantes et parfumées à la citronnelle, je tourne en rond dans mon bocal.

 

YLR, rédacteur en chef de L’édredon.