La villa des orangers, un livre d’art, aux éditions JDH. Vos avis, chers lecteurs.

La villa des orangers, un livre d’art, aux éditions JDH. Vos avis, chers lecteurs.

Révélation de la collection Magnitudes en 4.0, au sortir d’un très beau weekend de dédicaces On Line, Régine Ghirardi nous communique quelques avis de lectrices et de lecteurs sur ce magnifique roman : « La villa des orangers. »

« Un pur bonheur,  une jouissance de simplicité et de partage. Beaucoup de connaissances  et de tendresse dans ce livre. Le rythme de l’écriture est fort sympathique. On a l’impression de côtoyer les personnages comme s’ils faisaient partie de notre quotidien. C’est une histoire merveilleuse et très bien racontée. J’ai eu un énorme plaisir à lire ce manuscrit qui ferait aussi un bon film. »
« Meg », Enseignante

Ce roman est passionnant et j’ai beaucoup aimé lire cette histoire.
Le livre est fluide et bien écrit.
Les personnages sont positifs, bienveillants, riches et attachants. On assiste à la « formation » d’une famille. Chaque personnage a son histoire et ses fêlures.
Ce livre est bien traité et bien documenté. J’ai  aimé aussi les informations sur le domaine de l’art, ainsi que sur les EMI…
Il ferait un bon film.
« Nad », Cadre expert

« J’ai énormément aimé ce manuscrit. Il m’a intéressé, intrigué, répondu à de nombreuses attentes que j’avais…
J’ai passé d’agréables moments à le lire, j’ai savouré de nombreuses explications, des détails sacrés, c’était un grand plaisir à lire pour moi.
Ce que j’ai particulièrement apprécié : il est positif, instructif, rempli d’amour.
L’écriture est agréable et fluide. Le style est uniforme et harmonieux.  Les personnages sont attachants et j’ai beaucoup aimé les descriptions de leur vie à travers leurs émotions, leur vécu, leur apparence… Ils deviennent ainsi concrets et complexes, ce qui m’a permis de bien les connaître et de les apprécier dans leur entièreté.
Le sujet du livre est intéressant, notamment par les nombreux questionnements et intérêts de l’héroïne
Je  n’aimerai pas le voir en film. Je trouve que les sensations et émotions transcrites ainsi que les « savoirs » partagés seraient moins vrais et moins transmissibles via ce support. J’ai trouvé agréable de prendre le temps de m’immiscer dans l’histoire et les ressentis des personnages et je ne vois pas cela réalisable dans un film à durée limitée pour moi. »
« Petite pluie », Psychomotricienne

« Roman très intéressant tant sur les descriptifs du pays, de la villa, du travail de Claudia. J’ai particulièrement apprécié les descriptifs.
Le livre est très bien écrit, l’écriture est fluide.
Les personnages sont excellents.
Ce livre ferait un bon film »
« Muriel », Assistante maternelle

Dans cet ouvrage , l’auteur nous fait vivre la rencontre entre une conservatrice restauratrice Claudia et Maria-Maddalena Sandys âgée de 83 ans autour de la restauration da la toile de l’arrière grand père de Maria-Maddalena.
Il relate aussi l’installation de Claudia dans la villa des Orangers, le travail dans le musée , la restauration d’œuvres , la peinture , la calligraphie arabe sont bien présentés.
L’auteur nous fait enfin découvrir la vie quotidienne à Florence , en Grèce , au Maroc et dans certains quartiers parisiens.
Ce roman est dense sur le plan culturel .
Ce que j’ai particulièrement apprécié : L’auteur présente bien le musée des Offices de Florence avec les œuvres de Botticelli, Léonard de Vinci, Raphaël, Michel-Ange, Della Francesca, Le Titien, Le Caravage et les tâches nécessaires pour leur conservation.
Les explications sur le cercle chromatique d’Itten , les contrastes clair obscur, de qualité, du chaud froid,et sur le nombre d’or d’Euclide sont aussi très instructives. L’auteur détaille bien également le travail de restauration des tableaux avec le traitement du chanci une moisissure tendant à opacifier le vernis d’un tableau avec un procédé chimique pour alléger le vernis et le régénérer , la pose du mastic , la retouche des couleurs avec une peinture spéciale, l’ injection de la colle Totin à base de peau de lapin etc. J’ai bien aimé aussi la description de la ville de Florence , de certains quartiers de Paris, des voyages en Grèce, au Maroc.
Les explications sur la calligraphie arabe et la création d’une page facebook  d’apprentissage de l’arabe littéraire sont intéressantes .
Par ailleurs, l’auteur dénonce bien l’infantilisation des patients à l’hôpital.
Enfin , les interrogations sur la mort sont aussi pertinentes et amènent à réfléchir :  » Comment diagnostiquer avec exactitude le moment de la mort? Quand peut-on affirmer que quelqu’un est vraiment mort? On sait que la mort clinique est une situation provisoire qui peut évoluer grâce à la réanimation. Autrement dit ,la définition de la mort évolue donc en fonction des possibilités médicales de réanimation. Autrefois, on déclarait une personne morte lorsqu’elle ne respirait plus! et, il y a à peine quelques décennies de cela, lorsque son cœur ne battait plus! Aujourd’hui c’est l’arrêt du fonctionnement cérébral qui détermine la frontière. Un jour on ira encore plus loin. Les patients qui hier,étaient considérés comme morts, sont à présent réanimés. L’auteur fait aussi état d’ expériences de mort imminente et cite des cas de patients revenus à la vie.
J’ai adoré aussi le personnage d’Hicham le jardinier. Il est travailleur et serviable. Il prend des initiatives , est novateur .Il crée une petite entreprise florissante pour la gestion de l’orangeraie.
Cet ouvrage est émaillé d’ explications très détaillées avec des photos et aussi des dialogues . Il se lit très bien »
« Sandrine », Juriste

L’auteur nous raconte une très belle histoire d’amitié. Beaucoup de générosité et d’empathie se dégage du récit.
Il qui donne à réfléchir sur sa propre existence.
J’ai trouvé ce livre génial.
« Frambo », Préparatrice en pharmacie

Ce livre est fait pour devenir un film ! C’est une superbe histoire d’amour dans laquelle on peut se projeter. C’est un pur moment de douceur. C’est la vie. C’est du lourd. C’est une bombe. C’est une histoire vraiment magnifique et j’ai eu la sensation de la vivre ! Voilà une histoire vraie et pleine de sens. Bravo. Congrat
« Julien », Chargé d’affaire

J’espère que mes amis pourront bientôt trouver en librairie ce livre dont j’ai lu le manuscrit avec un plaisir extrême. Je témoigne que tu as mis, chère Regine Ghirardi, toute ton âme, ta richesse de coeur et ton amour des êtres humains dans «La Villa des Orangers».
Nous attendons sa sortie avec impatience.
« Saadane Benbabaali », Professeur de littérature arabe à la Sorbonne et Maître de conférence.

« C’est l’histoire d’une femme, de ses rêves, de ses souhaits de vie, de ses passions.
C’est aussi l’histoire d’une rencontre amoureuse, de la construction d’un couple et du partage d’une vie à deux.
C’est l’histoire de cette femme dans sa relation à l’autre, à l’être masculin, avec ses doutes, ses difficultés mais aussi ses joies, son énergie, son optimisme.
C’est l’histoire du hasard de la vie et des rencontres, et comment au gré du hasard notre chemin de vie se trace et peut prendre des directions qu’on ne soupçonnait pas.
C’est un livre philosophique, qui pose des questions d’éthique, qui aborde des thèmes encore tabou tels que la passion amoureuse chez nos ainés ou encore la perception de la mort dans notre société.
C’est un livre sur la découverte de l’autre, sur les relations humaines, la richesse que chacun a à apporter à l’autre, la richesse de la diversité culturelle et sociale, la curiosité vis-à-vis de l’autre et la bienveillance.
C’est un livre généreux, riche de couleurs, de saveurs, d’odeurs.
C’est un livre artistiquement riche, qui nous fait découvrir l’art, la peinture, l’architecture, la décoration intérieure, la cuisine du monde, le vin …
L’histoire nous plonge dans l’Italie, le Maroc, les paysages méditerranéens, les cigales, les orangeraies, les oliveraies, …
C’est aussi comment chacun de nous peut s’arrêter un instant et profiter de la beauté du monde qui nous entoure. N’importe où que l’on soit, il y a toujours juste sous nos yeux, du merveilleux à observer, écouter, savourer.
C’est un livre profondément féminin et plein de vie »
Florence B. Responsable laboratoire d’analyse vétérinaire

C’est heureusement surprise et totalement intriguée que j’ai commencé la lecture du roman de Regine Ghirardi le croyant  autobiographique.
Je pensais qu’il me dévoilerait un peu plus d’elle, qu’il raconterait le Maroc et me voilà embarquée pour
un voyage à Florence, ville que j’adore pour multiples raisons.
Plongée savoureuse et hyper documentée dans les multiples entrées qu’offre cette ville : historique, archéologique et gastronomique.
L’histoire de Claudia et de Marc,
l’histoire de Claudia et de la peinture, l’histoire de Claudia avec la cuisine et les parfums.
Toutes ses vies qui croisent celle de Maria-Maddalena, arrière-petite-fille du peintre dont elle restaure une des toiles.
Un livre très féminin  avec un sillage de parfums de senteurs et d’élégance… où on mange ( beaucoup ) on rit , on s’aime, on se croise et où l’on apprivoise la vie côté cœur et couleurs
Une parenthèse italienne ensoleillée d’autant plus impressionnante que l’auteur n’a jamais été .. à Florence !
Un joli short de vitamine C et de beauté qui fait du bien
Merci Regine de ta confiance
Et De toi !
Noha Baz. Medecin pédiatre

« Un roman qui reflète la belle vie surtout l’art de bien la vivre avec des personnages forts et tendres et une très belle amitié. Des tournures de phrase fluides et très agréables à lire j’ai ressenti beaucoup d’admiration pour tous les personnages qui ont chacun leur personnalité et qui s’appliquent à cultiver l’amour l’amitié et le bonheur. Et pour ne rien gâcher on sent une immense recherche sur tous les sujets abordés et c’est un roman plein de culture .Il est écrit avec beaucoup de sincérité et et ça se ressent. On devine chez l’auteur beaucoup de maturité mais également de sensibilité ce qui fait aussi le charme du livre. C’est aussi une histoire très féminine sur laquelle beaucoup de femmes pourraient soit s’identifier ou soit avoir envie d’apprendre à regarder différemment la vie. J’ai ressenti également beaucoup de drôlerie d’expression de joie de bonne humeur sur un rythme très hédoniste. Ce roman très descriptif est très intéressant et enrichissant. Ce qui m’épate le plus c’est que l’auteur n’est jamais allée en Italie et je trouve cela remarquable d’avoir pu nous projeter dans dans toutes ces contrées comme si elle y avait été. Cette belle histoire touchante donne envie de côtoyer l’auteur »
Isabelle Kéribin.  Restauratrice